Accueil > Institut > Interventions >  Lecture de L'espoir maintenant

Lecture de L'espoir maintenant
Gilles Hanus

Type : séminaire
Langue : français
Année : 2006-2007
Date :
5 novembre 2006, 24 janvier, 26 mars, 23 avril, 21 mai, 4 juin et 25 juin 2007,

Séminaire autour du livre L'espoir maintenant de Jean-Paul Sartre et Benny Lévy. Ce séminaire se tiendra à la Maison de l'Architecture à Paris, Salle de la Chapelle (148, rue du Fbg St Martin, Paris 10e), dans le cadre des programmes de la Cité Européenne des Récollets. Des séances complémentaires sont également prévues. Leurs dates seront communiquées ultérieurement.

Afin d'éviter tout problème de place, merci de réserver à l'aide du bouton de réservation ci-dessous (e-mail). Le prix est de 10 euros par séance ou 4 euros pour les adhérents. L'entrée est gratuite pour les étudiants (sur présentation de la carte). Le bulletin d'adhésion est disponible à l'adresse http://www.levinas.fr/formation/adhesion.asp.

Reserver par e-mail

 

Présentation :

ATTENTION : Prochaines séance du séminaire, le lundi 25 juin 2007 à 20h30, dans les locaux des éditions Verdier, 234, rue du Faubourg-Saint-Antoine, 75012 Paris :

Reserver par e-mail

Pendant huit ans Sartre et Benny Lévy se sont entretenus l'un avec l'autre. De ce dialogue il n'y a guère d'autre trace publiée que les entretiens parus en 1980, peu avant la mort de Sartre, sous le titre de « L'Espoir maintenant ». Ceux-ci n'ont jamais été pris au sérieux du point de vue de la pensée qu'ils exposent, du point de vue de leur contenu. Les propositions qu'y formule Sartre sont, c'est le moins que l'on puisse dire, étonnantes eu égard à ce que l'on sait de sa (ou de ses) philosophie (s). Nous pensons que cet étonnement justifie une lecture précise, attentive de ces entretiens. Nous proposerons donc une telle lecture, en nous appuyant sur le texte des entretiens, sur l'ensemble des textes de Sartre, ainsi que sur les archives personnelles de Benny Lévy encore inédites.

Le séminaire se déroulera en sept séances, dont la première aura lieu à la Maison de l'architecture de la Cité européenne des Récollets, le 5 novembre 2006 à 20h30. Cette séance inaugurale aura pour but de présenter les grandes lignes de notre lecture et de présenter le contexte et les enjeux de l'interlocution de Sartre et de Benny Lévy. Les séances suivantes, s'adressant à un public plus restreint, prendront la forme de séances de travail sur le texte des entretiens. Les dates et lieux en seront communiqués ultérieurement (vraisemblablement une séance en janvier, une en février, une en mars, une en mai et une en juin 2007).

La deuxième séance (24 janvier 2007) portera sur le début de L'Espoir maintenant (de la p. 21 à la p. 35). Elle tentera de déployer trois interrogations :
la première sur le thème de l'espoir et du désespoir, ou sur la question de la fin. On se demandera pourquoi Sartre et Benny Lévy ont décidé de commencer par une méditation sur l'espoir. La seconde examinera la distinction mise en place entre « désir d'être » et « désir de société », en la resituant dans la perspective des textes de Sartre et en montrant, à partir des archives de Benny Lévy, comment elle s'est constituée petit à petit durant les années d'interlocution entre les deux hommes. La dernière enfin, reviendra sur le sens du rapprochement avec le marxisme opéré par Sartre, du point de vue de sa pensée, et sur son échec. Cette séance n'implique pas nécessairement d'avoir assisté à la première.

La troisième séance (26 mars 2007) prolongera les deux premières en se penchant sur les sections 3, 4 et 5 de L'Espoir maintenant. Il y sera question du rapport de Sartre à l'humanisme, et des changements dans sa conception des relations à autrui, de la morale, que Sartre prétendait repenser à travers ses entretiens avec Benny Lévy. On examinera ensuite le statut du dialogue des deux hommes à partir de transcriptions d'enregistrements inédits dans lesquels sont définis, en 1976, les principes de ce dialogue, principes dont la mise en œuvre fait l'objet d'une réflexion rétrospective en 1979. C'est donc le projet même du dialogue et sa réalisation qui seront au centre de l'interrogation.

La quatrième séance du séminaire (23 avril 2007) couvrira les sections 6 et 7 de L'Espoir maintenant (p. 44-53). On y examinera d'abord la volonté affichée par Sartre de retrouver le principe de la gauche, tout en repensant la notion de radicalité, lieu même de la puissance comme de l'impasse révolutionnaire. On verra que Sartre, sans renoncer à la radicalité, envisage d'en déplacer le champ d'application de l'action à l'intention, ce qui rend possible d'envisager, contre la Critique de la raison dialectique, la fraternité sans la terreur. Enfin, ce sont les notions d'histoire et de transhistoricité qui sont examinées par Sartre et Benny Lévy : elles introduisent, à partir de la réflexion sur la fraternité, toute la réflexion des deux penseurs sur l'universel.

La cinquième séance (21 mai 2007) portera sur les sections 8 et 9 de L'Espoir maintenant, dans lesquelles Sartre et Benny Lévy reviennent sur le sens de la démocratie à partir de la critique qu'ils viennent de faire de la radicalité politique et en viennent, de là, à poser la question de l'universel, impliquée par la fraternité, mais escamotée en réalité dans l'espace politique (8. « Plus fondamental que la politique »). Cette interrogation sur l'universel et la fraternité conduit Sartre à des formulations inhabituelles, à la lisière du mythe, sur le rapport initial liant les hommes les uns avec les autres (9. « Fils de la mère ») qui constituent une première tentative en vue de penser le « tous » en dehors de l'espace politique.

La sixième séance du séminaire (4 juin 2007) portera sur les sections 10 et 11 de L'Espoir maintenant. Pour penser la fraternité, c'est-à-dire pour sortir les formules sartriennes de la langue mythologique dans laquelle elles se sont données, Sartre et Benny Lévy y reviennent sur la fascination de Sartre pour la violence, telle qu'elle s'est exprimée dans les textes de l'époque de la décolonisation (§ 10, « Fils de la violence »). Ce qui se révèle dans cet examen d'un aspect de la pensée de Sartre, c'est une certaine conception de la temporalité soumise à une sorte de « nécessité progressiste ». Afin de sortir de celle-ci, Benny Lévy propose une nouvelle description de l'événement insurrectionnel susceptible à ses yeux de renouveler la pensée de la révolution (§ 11, « L'unité par le soulèvement »). On examinera cette description à partir d'un article de Benny Lévy datant de la même époque, avant d'en indiquer le devenir dans sa pensée ultérieure.

La septième et dernière séance (25 juin 2007) portera sur la dernière section de L'Espoir maintenant qui est à bien des égards la plus surprenante, et qui est, en tout état de cause, capitale, d'une part parce qu'y est formulé de façon assez explicite le programme de pensée de Benny Lévy pour les années à venir, de l'autre parce que Sartre semble y pointer des chemins permettant de dépasser certaines des apories de sa propre pensée, par exemple en ce qui concerne la notion d'histoire. On peut distinguer six moments dans cette section : tout d'abord l’énoncé de la nécessité de restaurer le messianisme dans sa vérité, énoncé qui consonne avec la volonté de repenser la révolution tout en pointant clairement vers autre chose – nommément la tradition juive. Les trois moments suivants s'intègrent dans une discussion des thèses défendues par Sartre dans les Réflexions sur la question juive. Le premier traite du « caractère métaphysique du juif », le second du rapport du juif à l'Histoire, le troisième de son rapport à l'Un. Le cinquième moment consiste en une réflexion sur le lien de la « réalité juive » et de la révolution, à partir de la notion de résurrection. Enfin, un retour sur la notion d'espoir conclut cette section et l'ensemble des entretiens publiés.

Bibliographie : J.-P. SARTRE, B. LÉVY, L'Espoir maintenant, Verdier, 1991.

Il est souhaitable de réserver ses places auprès de
Mirjam van den Berg, au 01 44 24 87 83.

 


Recevez régulièrement par e-mail les dernières informations concernant les activités de l'Institut d'études lévinassiennes.
   
Votre e-mail